Hors Zone - Bertrand Jacquelinet - Galerie Omnius [44]

Publié par : Arles exposition, le 18/08/2021
Catégorie : Coup de projecteur |

Partagez cet article

La photographie de Bertrand Jacquelinet est une narration lyrique, une vision cinématographique. Des usines désaffectées avec leurs structures métalliques et vitres cassées, des silos tels des cathédrales, des cabanes en bois ou des blockhaus en béton, des véhicules abandonnés ... Un amalgame d’industriel et d’organique, un état de délabrement où partout la nature prend le dessus et envahit les lieux.

Bertrand Jacquelinet peint avec la lumière et approfondit le mystère devenu inquiétant comme dépourvu de toute humanité.

Est-ce la fin ou le commencement ?
Où se trouve le réel ?

Les lieux sont dépourvus de vivants ; le seul spectateur est le photographe ; lui sur la trame de sa propre vie. En se découvrant, en se perdant, il observe, scrute et change inlassablement l’image. De sa posture, il se baisse pour éclairer les brins d’herbes autant que la tôle des carcasses de voitures, des citernes, engins agricoles, wagons sur les voies désertes.

Son admiration pour le cinéma américain jaillit de ses photographies. Elles deviennent «arrêts sur l’image». Ainsi, nous l’accompagnons dans son voyage, comme dans un film. Les images se suivent, glissent comme un mouvement de caméra sur les musiques qui nous retentissent dans les oreilles telles de Nick Cave, Warren Elis, lggy Pop, David Bowie ...

Où se trouve le réel ?

Photographier pour donner à voir ? La lumière change et le banal ou le détraqué devient lisse, beau, poétique. Et lui, le photographe est la personne qui se balade, nous livre ses réflexions, ses angoisses. Comme un road movie de Michael Cimino, on revisite les terrains vagues avec des grandes machines, des voitures, des fumées et des cieux bas.

Le monologue du photographe est associé librement à l’esprit de ces images plutôt qu’à leur description. Comment et pourquoi décrire ce qu’on voit où ce qu’on ne voit pas?

Une vingtaine de photographies de Bertrand Jacquelinet et les textes encadrés dans des boîtes seront présentés à la galerie Omnius dans le cadre Off des Rencontres internationales de la photographie Arles en 2021.

Helena Staub
GALERIE OMNIUS

Responsive image

Bertrand Jacquelinet's photography is a lyrical narration, a cinematographic vision. Disused factories with their metal structures and broken windows, silos like cathedrals, wooden huts or concrete blockhouses, abandoned vehicles ... An amalgam of industrial and organic, a state of decay where everywhere nature takes over and invades the place.

Bertrand Jacquelinet paints with light and deepens the mystery that has become disturbing as if devoid of all humanity.

Is this the end or the beginning?
Where is the real?

The places are devoid of living people; the only spectator is the photographer; he on the frame of his own life. By discovering himself, by losing himself, he observes, scans and tirelessly changes the image. From his posture, he bends down to illuminate the blades of grass as much as the sheet metal of the carcasses of cars, tanks, farm equipment, wagons on the deserted tracks.

His admiration for American cinema springs from his photographs. They become "stops on the image". Thus, we accompany him on his journey, as in a film. The images follow each other, sliding like a camera movement on the music that rings in our ears such as Nick Cave, Warren Elis, lggy Pop, David Bowie ...

Where is the real?

To photograph to give to see? The light changes and the banal or the deranged becomes smooth, beautiful, poetic. And he, the photographer is the person who walks around, gives us his thoughts, his anxieties. Like a Michael Cimino road movie, we revisit the wastelands with big machines, cars, smoke and low skies.

The photographer's monologue is loosely associated with the spirit of these images rather than with their description. How and why do we describe what we see or what we don't see?

Twenty photographs by Bertrand Jacquelinet and texts framed in boxes will be presented at the Omnius gallery as part of the Rencontres internationales de la photographie Arles in 2021.


Mariage sur l'Ile d'Eigg, Ecosse, par Charles Delcourt - Little Big Galerie [27]
Mariage sur l'Ile d'Eigg, Ecosse, par Charles Delcourt - Little Big Galerie [27]

Charles m’a raconté qu’il avait rencontré la couple un...

Article précédent
L'interstice parle de son actu

Notre 1er programme d’expositions s’achève
...et une...

Article suivant